Rome, ou le concept de ville-musée

Publié le 1 Avril 2015

Rome, ou le concept de ville-musée

De week-end en escapades, le vent (et Air France) nous mènent dans des coins plus ou moins chauds, sympathiques, charmants et autres superlatifs évoquant un bon moment de déconnexion.

Air France et Alitalia s'étant unis pour me transporter jusqu'à la capitale italienne, j'ai donc payé mon voyage. 3 nuits et 3 jours, ce n'est jamais assez mais en gardant un bon pas ainsi qu'une bonne pratique de la boussole, cela permet de découvrir bon nombre de monuments, lieux de culte et belles bâtisses.

De bons souliers tu auras, Rome à pieds tu feras et restaurants pour touristes tu fuiras, voilà trois belles phrases guides qui permettront de bien profiter des splendeurs romaines.

Bon, pour les personnes qui préfèreraient "tester" le métro (qui, en fait, ne sont pas trop trop marche à pied), il existe le Roma Pass pour 3 jours de transports illimités (métro, bus et tram) ainsi que l'entrée dans 2 musées de votre choix pour 36 euros. Ou bien le pass 24heures de transport illimité disponible dans chaque borne de chaque station de métro, à 7 euros (pratique pour les jours de pluies diluviennes).

Pour arriver depuis l'aéroport :

Un train (Leonardo Express) fait le trajet Fiumicino-Gare de Termini (centre de Rome) en 30 min pour 14 euros, très pratique, rapide et fiable. Et oui, je connais l'angoisse des français quant aux homologues internationaux de la bien-aimée SNCF.

Pour dormir :

Après une belle journée de piétinement intensif sur le saint sol du Vatican, on n'est jamais contre un bon gros dodo, ni contre un bon gros petit-dèj' des familles avant de relacer les Nike. L'hôtel Villa Glori **** est très sympa, situé dans une petite ruelle à 3 arrêts de tram de Flaminio (Plazza del Popolo). Peut-être un peu excentré diront certains mais à 10 minutes de tram ou 20 minutes de marche de l'hyper-centre, on s'éloigne des touristes et des vendeurs de bras pour selfies et on gagne en authenticité du quotidien romain. Donc, avec une offre sur Voyage Privé, 3 nuits avec petit-dèj = 300 euros (hors taxe de séjour de 36 euros pour 2 personnes). A noter que 3 supers restos sont à 200 mètres de l'hôtel et donc hyper pratique pour rentrer après quelques Spritz.

Pour déjeuner :

A côté du Vatican : Forno Feliziani (Via Candia, 61). Ne vous laissez pas tenter par les restaurateurs qui vous alpaguent à l'entrée de leur restaurant à l'heure où vous cherchez l'issue de secours de la Chapelle Sixtine pour aller engloutir une pizza. Prenez le temps de trouver un endroit sympa, et celui-ci est top. A deux rues de la sortie du Vatican, cette boulangerie-brasserie-patisserie vous proposera des plats fait-maison à manger sur place ou à emporter. Résultat = lasagnes végétariennes+ Coca Zéro + pâtes carbo + Ice Tea = 16 euros.

A coté du Colisée : juste en face de la sortie, vous trouverez deux belles terrasses ensoleillées qui proposent des pizzas, des pâtes et salades à prix raisonnables (nous = 24 euros pour deux avec plats et boissons). Pour les moins affamés, n’hésitez pas à rejoindre la rue Via Urbana à dix minutes à pieds, pleine de restaurants très mignons, de magasins de déco et autres petits commerces.

A côté de la fontaine de Trevi (en travaux jusqu'à l'automne 2015) : le ristorante Abruzzi avec une petite terrasse sur une place ensoleillée. Très bonnes pâtes fraiches, service rapide et addition correcte (26 euros à deux avec boissons).

Pour diner :

Les trois supers restos loin, très loin du trop plein touristique de Trastevere :

- Le Tree Bar : déco scandinave, ambiance chaleureuse, très bons aperitivo (Spritz et petite planche à goûter !), et de délicieuses pizzas.

- Le Tiepolo : alors là on est sur du très lourd : verres de cantine, chaises pliantes, produits simples et succulents, vin maison, desserts de maboules et on s'accroche pour l'addition : 22 euros à deux avec plats, desserts, eau et 50 cl de vin rouge maison. On laisse un pourboire pour le service qui nous fait douter de nos liens familiaux avec le serveur et puis, on ne va quand même pas payer si peu.

- Il Cavatappi : ambiance feutrée, guirlande de lumière, très bons burgers et encore une fois, zéro touriste.

Il faudra quand même songer à créer un logo zéro touriste comme celui du fait maison dans les restos, ça nous évitera une crise d'hypoglycémie ou de diner entre deux fausses flammes à côté de nos voisins d'avion, un poncho I Love Roma sur le dos.

Enfin, à visiter ABSOLUMENT :

- Le Vatican quand même ! Payez 10 euros de plus et prenez un billet coupe file avec les tour operator qui vous accostent, parce que faire la queue 3 heures, merci mais non merci.

- Le Colisée

- La Villa Médicis (prenez un café sur la terrasse, c'est un délice et en plus c'est beau)

- La Place d'Espagne

- Via del Corso

- La Piazza Navona

- Le Panthéon

- Le quartier de Trastevere

Bien sûr, ruez-vous sur les pizzas, les pâtes, les pommes de terre au fromage, la mozza, les Spritz, les glaces et baladez-vous dans les marchés pour ramener des souvenirs qui fondent sous la langue. Sur ce, Ciao bambino !

Rome, ou le concept de ville-musée
Rome, ou le concept de ville-musée
Rome, ou le concept de ville-musée

Rédigé par Chloé Lemercier

Publié dans #voyage, #weekend

Repost 0
Commenter cet article